X Marks The Spot & Work In Progress – Enterré Sous X

On se sent l’âme d’un conquistador, parfois, dans notre foi de Music’ovores. On se sent l’esprit voyageur, la témérité d’un découvreur et le coeur d’un Little Nemo à cheval sur son bouquin géant quand on cherche des coffres au trésor à dévoiler à des lecteurs qu’on espère assoiffés de découvertes musicales ! Alors quand on trouve une croix dans le gravier, on ne réfléchit pas davantage et… On creuse un peu nos tympans, notre cervelle et le fond de nos tripes et soudain « BANG ! » On se cogne à ce truc ! Rien de douloureux malgré que ça nous ait pété à la gueule, malgré que ça prenne des airs de coup de boule, tellement bon à recevoir qu’on en deviendrait masochiste !

La croix, elle est tracée à même le rose de la cité de Claude Nougaro ! Le coffre aux merveilles, ce sont deux skeuds à se goinfrer avec un délice loin de toute culpabilité, un album et un EP du groupe de spoken word, Enterré Sous X. ESX, c’est un collectif de slameurs (toulousains, donc) qui se sont fichus en tête de nous pondre des pierres précieuses de textes taillées façon orfèvre.

Alors, j’entends d’ici les gnangnans, les ruminants : « Ouais, du spoken word, c’est rien qu’du slam ! On nous soûle déjà bien avec Grand Corps Malade et consors depuis belle lurette… » Patati et Saint frusquin ! GCM, c’est bien gentil mais c’est de la soupe pour mamie édentée à côté de la production de ces quatre poètes à la rythmique implaquable ! Point de minauderie pop ou variétaude qui sent le coca camomille !

X Marks The Spot, c’est rock et jazz et dub style.  Ca vous cajole le corazon à coup d’acide et de vers affûtés comme des lames, les dorures de la rime en plus ! Sur fond de réflexions sociales et littéraires bien pensées, de variations poétiques tarantinesques et de métaphores acerbes, Lili June, Cyclic, Luke Askance et Zédrine alliés à des musiciens hors pairs, dans un même mouvement, une même envolée, ça relève de la métaphysique… ou de l’alchimie !

Leur dernier EP, Work In Progress, sorti tout récemment (vraisemblablement enregistré dans des conditions de live sans public) est encore plus délectacble car plus jusqu’au-boutiste ! On flotte en plein acid-jazz sur des mélopées écrites pour le genre ! Autodérision, critique sociale, sans concession ! On ne va pas se le cacher, ça annonce de très bonnes choses pour l’avenir !

En attendant d’autres merveilles, réjouissons nous de ces premiers joyaux ! Prenons le bon temps et bordel ! Mangeons en jusqu’à plus soif, jusqu’à la lie !

 

Olvig

 
© 2012 Les music'ovores. Association loi 1901. Tous droits réservés. Design SV/mogsart