Le nouveau festival rémois revient ! (« Toujours plus loin, plus fort, plus vite ! ») Le premier jet s’était avéré une belle surprise. Une hétérogénéité de l’affluence, un bon équilibre de la programmation entre têtes d’affiche et découvertes, une organisation efficace, tout ça dans un lieu convivial et bucolique. Pour la deuxième année consécutive, la Magnifique Society renouvelle l’expérience, toujours sur trois jours, où concerts flirteront avec ateliers, animations, coins de verdure, restaurations, rencontres. En vous souhaitant de moments agréables !

3 bonnes raisons d’aller à la Magnifique Society #2 au Parc de Champagne les 15, 16 et 17 juin

Le nouveau festival rémois revient ! (« Toujours plus loin, plus fort, plus vite ! ») Le premier jet s’était avéré une belle surprise. Une hétérogénéité de l’affluence, un bon équilibre de la programmation entre têtes d’affiche et découvertes, une organisation efficace, tout ça dans un lieu convivial et bucolique. Pour la deuxième année consécutive, la Magnifique Society renouvelle l’expérience, toujours sur trois jours, où concerts flirteront avec ateliers, animations, coins de verdure, restaurations, rencontres. En vous souhaitant de moments agréables !

Le festival rémois s’est officiellement dévoilé ce lundi 19 mars. C’est au club que Cédric Cheminaud – La Cartonnerie – et Philippe Legoff – Césaré – accueillent un petit parterre de journalistes avides. Leur enthousiasme quant à ce deuxième opus est communicatif. Et pour cause : l’édition 2017, fut une réussite, un challenge pour une jeune première. Aussi, cette année, l’organisation s’ajuste, et l’esprit s’affirme.

La Magnifique Eclosion.

Le festival rémois s’est officiellement dévoilé ce lundi 19 mars. C’est au club que Cédric Cheminaud – La Cartonnerie – et Philippe Legoff – Césaré – accueillent un petit parterre de journalistes avides. Leur enthousiasme quant à ce deuxième opus est communicatif. Et pour cause : l’édition 2017, fut une réussite, un challenge pour une jeune première. Aussi, cette année, l’organisation s’ajuste, et l’esprit s’affirme.

Pour utiliser les termes de celui qui se cogne l'affiche contre ma plume aujourd'hui, ça me fait bien mal au c... de l'avouer mais Orelsan, puisqu'il s'agit de lui, n'a pas réalisé un album aussi merdique que je l'espérais.

Le Chant Des Sirènes… ou pourquoi je n’aime (presque) pas Orelsan !

Pour utiliser les termes de celui qui se cogne l’affiche contre ma plume aujourd’hui, ça me fait bien mal au c… de l’avouer mais Orelsan, puisqu’il s’agit de lui, n’a pas réalisé un album aussi merdique que je l’espérais.

© 2012 Les music'ovores. Association loi 1901. Tous droits réservés. Design SV/mogsart