C’était le troisième jour du Charabia Festival mis en place par notre rémois adoré Barcella, mais le second jour de cure de musique live pour moi. Je m’en souviens : j’étais énergique, j’étais paré et préparé. J’avais enfilé mon plus cool sweat à capuche histoire de ne pas paraître trop ringard. Surtout, j’étais motivé car j’ai eu, cet été, un vrai coup de cœur sur le deuxième album des frangins from Toulouse, Bigflo et Oli. Autant le premier album était sympathique par moment, peut-être un peu trop jeune à mon goût. Celui-ci, intitulé la Vraie Vie, m’a davantage touché et réjoui. Je ne le cache pas, j’étais hyper curieux de voir ce que les deux « vingtenaires » donnaient sur une scène.

CHARABIA FESTIVAL – Samedi 07 Octobre 2017 – Comment les mots de Kacem Wapalek m’ont scié et comment j’ai simplement kiffé façon daron sur Bigflo et Oli !

C’était le troisième jour du Charabia Festival mis en place par notre rémois adoré Barcella, mais le second jour de cure de musique live pour moi. Je m’en souviens : j’étais énergique, j’étais paré et préparé. J’avais enfilé mon plus cool sweat à capuche histoire de ne pas paraître trop ringard. Surtout, j’étais motivé car j’ai eu, cet été, un vrai coup de cœur sur le deuxième album des frangins from Toulouse, Bigflo et Oli. Autant le premier album était sympathique par moment, peut-être un peu trop jeune à mon goût. Celui-ci, intitulé la Vraie Vie, m’a davantage touché et réjoui. Je ne le cache pas, j’étais hyper curieux de voir ce que les deux « vingtenaires » donnaient sur une scène.

Ce mois d’octobre, le petit bonheur musical me vient, une fois n’est pas coutume, d’un groupe local !

J’en ai… que dis-je… On en a forcément déjà parlé sur ce site à plusieurs reprises… parce qu’on les connait, parce qu’on avait tourné une session avec eux, parce que ce sont des copains et que malgré tout ça, leur musique continue à me plaire… Si, si ! Je vous jure que les premiers points de cet article auraient pu finir par être rébarbatifs mais non, après maintenant 7 années d’existence, l’union musicale de Remi, Kevin, Boris et Vinz continue de me faire tripper. Je parle ce mois-ci de la Villa Ginette. Après un premier album éponyme qui posait les bases de leur univers Rap N’ Roll, puis un second album intitulé Mamie Lascar aux textes encore mieux affutés voilà qu’ils déboulent avec leur troisième opus qui voit émergé davantage les sonorités électriques et de relans hip hop renforcés !

Le coup de cœur d’Olvig : 30 millions d’ammis par La Villa Ginette

Ce mois d’octobre, le petit bonheur musical me vient, une fois n’est pas coutume, d’un groupe local !

J’en ai… que dis-je… On en a forcément déjà parlé sur ce site à plusieurs reprises… parce qu’on les connait, parce qu’on avait tourné une session avec eux, parce que ce sont des copains et que malgré tout ça, leur musique continue à me plaire… Si, si ! Je vous jure que les premiers points de cet article auraient pu finir par être rébarbatifs mais non, après maintenant 7 années d’existence, l’union musicale de Remi, Kevin, Boris et Vinz continue de me faire tripper. Je parle ce mois-ci de la Villa Ginette. Après un premier album éponyme qui posait les bases de leur univers Rap N’ Roll, puis un second album intitulé Mamie Lascar aux textes encore mieux affutés voilà qu’ils déboulent avec leur troisième opus qui voit émergé davantage les sonorités électriques et de relans hip hop renforcés !

Aux alentours de 20 heures, pénétrer dans les escaliers de la Cartonnerie de Reims et se sentir con, voir honteux, parce qu’on n’a pas été une fois de plus rigoureux. Être en retard. C’est un véritable casse-tête de ne pas être capable d’organiser sa vie, vous ne trouvez pas ?
Courir dans les escaliers et se faire presque bousculer par un type au long visage un peu étrange et en veste à paillettes… Comprendre que cela devait être le type au drôle de nom dont on vient de rater la représentation. Sentir ses joues s’empourprer d’avoir des tremblements dans le creux du bide parce que la honte grandit un peu plus. Prendre 20 minutes pas loin du bar pour visser sur ses oreilles des écouteurs et se connecter sur sa plateforme d’écoute en streaming pour entendre la musique de l’homme étrange.

Retour sur le Festival du Charabia – le vendredi 06 octobre 2017 Comment j’ai raté Haskehoug, adoré Ben Ricour, et comment je fus surpris par Olivia Ruiz.

Aux alentours de 20 heures, pénétrer dans les escaliers de la Cartonnerie de Reims et se sentir con, voir honteux, parce qu’on n’a pas été une fois de plus rigoureux. Être en retard. C’est un véritable casse-tête de ne pas être capable d’organiser sa vie, vous ne trouvez pas ?
Courir dans les escaliers et se faire presque bousculer par un type au long visage un peu étrange et en veste à paillettes… Comprendre que cela devait être le type au drôle de nom dont on vient de rater la représentation. Sentir ses joues s’empourprer d’avoir des tremblements dans le creux du bide parce que la honte grandit un peu plus. Prendre 20 minutes pas loin du bar pour visser sur ses oreilles des écouteurs et se connecter sur sa plateforme d’écoute en streaming pour entendre la musique de l’homme étrange.

« Le Chien à Plumes, c’est quoi ? », pensais-je assis face au volant. Une organisation en béton armé. Sans temps mort. Des sourires, des visages, des figures, des couleurs. Je quitte le molosse emplumé avec l’impression d’avoir vécu un temps dans l’appli Instagram. N’y voyez rien de médisant, bien au contraire. J’ai aimé y passer quelques heures. Au point que j’ai eu l’impression de partir comme un voleur de ne dire au revoir à personne. J’y ai reçu du partage et de la générosité...

Le Chien à Plumes, rendez-vous en Terre inconnue pour Musicovore sédentaire.

« Le Chien à Plumes, c’est quoi ? », pensais-je assis face au volant. Une organisation en béton armé. Sans temps mort. Des sourires, des visages, des figures, des couleurs. Je quitte le molosse emplumé avec l’impression d’avoir vécu un temps dans l’appli Instagram. N’y voyez rien de médisant, bien au contraire. J’ai aimé y passer quelques heures. Au point que j’ai eu l’impression de partir comme un voleur de ne dire au revoir à personne. J’y ai reçu du partage et de la générosité…

En cet automne qui s'installe, moi, je me sens le besoin de rythmes gentiment pop, j'ai envie de poésie francophone, je veux un truc comme du Souchon mais qui n'en serait pas complètement. Coup de bol, si vous voulez vous mettre la même mixture que moi dans les esgourdes, j'ai trouvé le top du top agrémenté d'un petit chouillat de mieux en plus : le sixième album de Mathieu Boogaerts.

Mathieu Boogaerts – Mathieu Boogaerts

En cet automne qui s’installe, moi, je me sens le besoin de rythmes gentiment pop, j’ai envie de poésie francophone, je veux un truc comme du Souchon mais qui n’en serait pas complètement. Coup de bol, si vous voulez vous mettre la même mixture que moi dans les esgourdes, j’ai trouvé le top du top agrémenté d’un petit chouillat de mieux en plus : le sixième album de Mathieu Boogaerts.

... J'ai envie de quelque chose de rock mais aussi un peu électro, puis avec un peu de nostalgie dans le fond. Un truc qui change, qui rafraîchisse un brin l'atmosphère mais qui ne me mette pas complètement à mon aise. Un truc qui me fait bouger le pied droit mais aussi l'encéphalogramme. Un truc qui ne ressemble pas à un tube de l'été mais un truc qui fera penser que c'est bon, ça ! Ben, ça tombe bien, dans mon jeu, j'ai la carte Most Agadn't  !

Future EP – Most Agadn’t

… J’ai envie de quelque chose de rock mais aussi un peu électro, puis avec un peu de nostalgie dans le fond. Un truc qui change, qui rafraîchisse un brin l’atmosphère mais qui ne me mette pas complètement à mon aise. Un truc qui me fait bouger le pied droit mais aussi l’encéphalogramme. Un truc qui ne ressemble pas à un tube de l’été mais un truc qui fera penser que c’est bon, ça ! Ben, ça tombe bien, dans mon jeu, j’ai la carte Most Agadn’t !

Avant-dernière journée du Skeud'ovore en ce mardi et je vous propose un pont entre Charlevilles-Mézieres et Reims par la rencontre un poète slameur, j'ai nommé l'homme que l'on nomme Micka Nonyme et le type greffé au bout d'une guitare simplement nommé Monsieur B. unis maintenant depuis près de deux ans pour former le duo de Spoken Word, Melzitémo.

Une Semaine Skeud’ovore – Melzitémo

Avant-dernière journée du Skeud’ovore en ce mardi et je vous propose un pont entre Charlevilles-Mézieres et Reims par la rencontre un poète slameur, j’ai nommé l’homme que l’on nomme Micka Nonyme et le type greffé au bout d’une guitare simplement nommé Monsieur B. unis maintenant depuis près de deux ans pour former le duo de Spoken Word, Melzitémo.

En ce samedi, j'ai envie de retourner sur du basique mais un basique qui aurait une certaine classe. Pourquoi pas un groupe composé de cinq jeunes de moins de trente ans, tous issus du Conservatoire de Reims ? Bon, je ne tourne pas plus longtemps autour du cor de chasse, je vous propose une petite présentation du premier EP, Rien De Grave, de la chaleureuse Famille À Dam !

Une Semaine Skeud’ovore – La Famille à Dam

En ce samedi, j’ai envie de retourner sur du basique mais un basique qui aurait une certaine classe. Pourquoi pas un groupe composé de cinq jeunes de moins de trente ans, tous issus du Conservatoire de Reims ? Bon, je ne tourne pas plus longtemps autour du cor de chasse, je vous propose une petite présentation du premier EP, Rien De Grave, de la chaleureuse Famille À Dam !

Pour utiliser les termes de celui qui se cogne l'affiche contre ma plume aujourd'hui, ça me fait bien mal au c... de l'avouer mais Orelsan, puisqu'il s'agit de lui, n'a pas réalisé un album aussi merdique que je l'espérais.

Le Chant Des Sirènes… ou pourquoi je n’aime (presque) pas Orelsan !

Pour utiliser les termes de celui qui se cogne l’affiche contre ma plume aujourd’hui, ça me fait bien mal au c… de l’avouer mais Orelsan, puisqu’il s’agit de lui, n’a pas réalisé un album aussi merdique que je l’espérais.

Une petite escapade en Lorraine, pour cette fin du joli mois de Mai, ça vous chante ? Une "ballade" d'un pas joliment twistant sur la route de Metz vous fait frétiller les papilles des oreilles ?

Si d'office l'idée ne vous emballe pas forcément, et bien sachez que vous fourrez l'index droit (ou gauche, selon ce qui vous est le plus familier) au beau milieu de la cornée.

L’Ivre D’Hors – Fabergo

Une petite escapade en Lorraine, pour cette fin du joli mois de Mai, ça vous chante ? Une « ballade » d’un pas joliment twistant sur la route de Metz vous fait frétiller les papilles des oreilles ?

Si d’office l’idée ne vous emballe pas forcément, et bien sachez que vous fourrez l’index droit (ou gauche, selon ce qui vous est le plus familier) au beau milieu de la cornée.

Il y a des albums, pareils à certains films ou bouquins, qui parfois nous échappent à la première écoute, qui ne parviennent pas à s'agripper à la légère pilosité auriculaire, qui nous glissent des paluches sans trop comprendre pourquoi... C'est une question de moment, certainement, ou d'évolution personnelle ou que sais-je encore.

Franky Knight – Emilie Simon

Il y a des albums, pareils à certains films ou bouquins, qui parfois nous échappent à la première écoute, qui ne parviennent pas à s’agripper à la légère pilosité auriculaire, qui nous glissent des paluches sans trop comprendre pourquoi… C’est une question de moment, certainement, ou d’évolution personnelle ou que sais-je encore.

Depuis mercredi 16 mai, jusqu'à samedi 19, c'est le temps de la cueillette à Juvigny (51) ! Vous ne le saviez peut-être pas, mais les semis de rock se récolte au printemps et ça se savoure sur place pour mieux pouvoir les conserver dans notre frigo à souvenirs ! Les Moissons Rock, c'est devenu une institution pour les amateurs de bon son grâce à une programmation à un goût sûr et une ambiance conviviale !

Moissons Rock 2012 : Une 18ème récolte plutôt fructueuse !

Depuis mercredi 16 mai, jusqu’à samedi 19, c’est le temps de la cueillette à Juvigny (51) ! Vous ne le saviez peut-être pas, mais les semis de rock se récolte au printemps et ça se savoure sur place pour mieux pouvoir les conserver dans notre frigo à souvenirs ! Les Moissons Rock, c’est devenu une institution pour les amateurs de bon son grâce à une programmation à un goût sûr et une ambiance conviviale !

Page 1 sur 3123
© 2012 Les music'ovores. Association loi 1901. Tous droits réservés. Design SV/mogsart