1/ Parce que ça fait 4 ans qu'on attend

 Il y a quatre ans déjà, le groupe annonçait son envie de faire un "break". Et en musique comme en amour, cela n'augure jamais rien de bon. C'est donc sans Morgane Imbeaud, qui se consacre à une multitude d'autres projets, que revient le célèbre duo, Mark Daumail seul au commande, accompagné de son groupe.
Rassurez-vous, la moitié masculine du groupe folk a pensé à tout et s'accompagne, sur son nouvel album, de la chanteuse américaine Nathalie Prass et d’une chorale gospel.

3 bonnes raisons d’aller voir Cocoon le 3 Février à la Cartonnerie de Reims

1/ Parce que ça fait 4 ans qu’on attend

Il y a quatre ans déjà, le groupe annonçait son envie de faire un « break ». Et en musique comme en amour, cela n’augure jamais rien de bon. C’est donc sans Morgane Imbeaud, qui se consacre à une multitude d’autres projets, que revient le célèbre duo, Mark Daumail seul au commande, accompagné de son groupe.
Rassurez-vous, la moitié masculine du groupe folk a pensé à tout et s’accompagne, sur son nouvel album, de la chanteuse américaine Nathalie Prass et d’une chorale gospel.

Jeudi dernier la Cartonnerie a (une fois de plus !) affiché complet pour le concert de Lilly Wood & The Prick. Une prestation sous les feux, très hauts en couleurs, des projecteurs !

Lilly Wood & The Prick

Jeudi dernier la Cartonnerie a (une fois de plus !) affiché complet pour le concert de Lilly Wood & The Prick. Une prestation sous les feux, très hauts en couleurs, des projecteurs !

Il y a un groupe que j'aime bien depuis plus de deux ans et demi, qui a sorti son premier album durant le second semestre de 2014. Et bien, si tu ne connais pas leur histoire, si tu rejette et ignore en bloc son vécu, tu pourrais de dire que c'est un groupe de folk rock quelconque. Alors qu'en fait, c'est tout le contraire. Le groupe, c'est Feu Robertson et leur album c'est Blood Was Running From Their Ears.

Le Music’ovore ronchon se réchauffe en équilibre auprès de Feu Robertson !

Il y a un groupe que j’aime bien depuis plus de deux ans et demi, qui a sorti son premier album durant le second semestre de 2014. Et bien, si tu ne connais pas leur histoire, si tu rejette et ignore en bloc son vécu, tu pourrais de dire que c’est un groupe de folk rock quelconque. Alors qu’en fait, c’est tout le contraire. Le groupe, c’est Feu Robertson et leur album c’est Blood Was Running From Their Ears.

Le temps passe, nos sessions s’accumulent et nos chouchous se font de plus en plus nombreux. C’est pourquoi désormais nous avons décidé de vous donner des nouvelles des artistes que nous avons déjà filmé par le passé.

Aujourd’hui, un album, une moustache et plus d’un an plus tard, nous avons choisi de vous donner  des nouvelles de Baptiste W. Hamon.

Le temps passe : Baptiste Hamon

Le temps passe, nos sessions s’accumulent et nos chouchous se font de plus en plus nombreux. C’est pourquoi désormais nous avons décidé de vous donner des nouvelles des artistes que nous avons déjà filmé par le passé.

Aujourd’hui, un album, une moustache et plus d’un an plus tard, nous avons choisi de vous donner des nouvelles de Baptiste W. Hamon.

Mes oreilles en effet étant joliment bercées par les talents d'une artiste rémoise qui avait déjà trouvée grâce à mes yeux l'année dernière avec son premier EP intitulé " The Curse". En octobre 2013, elle soufflait un nouveau coup de zeph sur la toile et les ondes plus ou moins pures en nous laissant découvrir de "Wild Memories"  surprenantes d'émancipation et d'affirmation de soi. Je parle, aux premières lueurs de mars, de la folk écologiquement envoûtante d' Amélie McCandless.

Prendre le temps, respirer et… Écouter le dernier EP d’Amélie McCandless.

Mes oreilles en effet étant joliment bercées par les talents d’une artiste rémoise qui avait déjà trouvée grâce à mes yeux l’année dernière avec son premier EP intitulé  » The Curse ». En octobre 2013, elle soufflait un nouveau coup de zeph sur la toile et les ondes plus ou moins pures en nous laissant découvrir de « Wild Memories » surprenantes d’émancipation et d’affirmation de soi. Je parle, aux premières lueurs de mars, de la folk écologiquement envoûtante d’ Amélie McCandless.

Cette année, pour foutre une déculotté à l'enfant Jésus ou faire sa teuf au vieux barbu, je propose de foutre le feu au costume rouge du second en flambant le foin de l'étable de naissance du premier, de leur filer une bonne pinte à chacun, de les vêtir de vert l'un comme l'autre... Puis finalement, d'oublier les sapins, les boules et les guirlandes de décembre pour faire la tournée des bars à la santé du Bon Saint Patrick, de délaisser le Pôle Nord ou Jérusalem et de venir avec moi dans un petit coin d'Irlande tapit... Ici même en fait ! Qu'ils ne craignent pas d'aller beaucoup plus loin qu'en la ville des Rois car, après tout, le périple outre manche est inutile quand on connaît la musique du groupe dont je vous parle aujourd'hui, Seagulls are drunk.

Le Skeud’ovore fête sa fin d’année en Irlande rémoise avec Seagulls are drunk !

Cette année, pour foutre une déculotté à l’enfant Jésus ou faire sa teuf au vieux barbu, je propose de foutre le feu au costume rouge du second en flambant le foin de l’étable de naissance du premier, de leur filer une bonne pinte à chacun, de les vêtir de vert l’un comme l’autre… Puis finalement, d’oublier les sapins, les boules et les guirlandes de décembre pour faire la tournée des bars à la santé du Bon Saint Patrick, de délaisser le Pôle Nord ou Jérusalem et de venir avec moi dans un petit coin d’Irlande tapit… Ici même en fait ! Qu’ils ne craignent pas d’aller beaucoup plus loin qu’en la ville des Rois car, après tout, le périple outre manche est inutile quand on connaît la musique du groupe dont je vous parle aujourd’hui, Seagulls are drunk.

Y a des êtres qui vous montrent le monde de façon plus jolie ou plus colorée ou sous d'autres dimensions ou juste différemment. Juste avec un peu de musique, et des couleurs dans la voix, vous refabrique l'univers l'espace de quelques titres, vous font planer, voyager avec les feuilles volantes de l'automne. Y a des peintres musicaux qui vous font oublier que le quotidien existe. Y a des gens comme le parisianno-troyen, Skyscraper et son troisième album, D'Autres Chemins.

D’Autres Chemins – Skyscraper

Y a des êtres qui vous montrent le monde de façon plus jolie ou plus colorée ou sous d’autres dimensions ou juste différemment. Juste avec un peu de musique, et des couleurs dans la voix, vous refabrique l’univers l’espace de quelques titres, vous font planer, voyager avec les feuilles volantes de l’automne. Y a des peintres musicaux qui vous font oublier que le quotidien existe. Y a des gens comme le parisianno-troyen, Skyscraper et son troisième album, D’Autres Chemins.

Cette semaine, je ne vais pas m'évertuer à le cacher : Je suis un gros tricheur ! Ouais, mais cette semaine seulement. Car aujourd'hui, je voulais présenter un artiste sans actualité... ou plutôt avec des actualités mais indirectes... Il m'est un peu difficile d'être précis sans être un peu confus mais, tant pis, je prends le risque. En passant par des voies détournées et quelques chemins de traverses, je vous conduis vers l'univers voyageur et musical de 4tRECk.

Je me Promenade – 4tRECk

Cette semaine, je ne vais pas m’évertuer à le cacher : Je suis un gros tricheur ! Ouais, mais cette semaine seulement. Car aujourd’hui, je voulais présenter un artiste sans actualité… ou plutôt avec des actualités mais indirectes… Il m’est un peu difficile d’être précis sans être un peu confus mais, tant pis, je prends le risque. En passant par des voies détournées et quelques chemins de traverses, je vous conduis vers l’univers voyageur et musical de 4tRECk.

Soko, perso, je l'avais repérée par hasard, en tombant dessus devant ma téloche, alors que la demoiselle s'affairait à jouer la comédie de façon troublante et qui, sans crier gare, a laisser s'échapper un petit oiseau malingre de sa gorge. Une mésange « regard triste » à la voix fébrile mais à la sensibilité et à la fraîcheur décapante. Sur le net, j'ai découvert des dizaines de chansons et pas l'ombre d'un véritable album, à peine un EP traînant de-ci, de-là !

I Thought I Was An Alien – SOKO

Soko, perso, je l’avais repérée par hasard, en tombant dessus devant ma téloche, alors que la demoiselle s’affairait à jouer la comédie de façon troublante et qui, sans crier gare, a laisser s’échapper un petit oiseau malingre de sa gorge. Une mésange « regard triste » à la voix fébrile mais à la sensibilité et à la fraîcheur décapante. Sur le net, j’ai découvert des dizaines de chansons et pas l’ombre d’un véritable album, à peine un EP traînant de-ci, de-là !

Dire que la poésie nous est indispensable, ça sonne aujourd'hui comme quelque chose de suranné, c'en est presque cliché et naïvement romantique. On me taxera certainement de puérilité ou d'innocence faussée si je dis que les moments que nous pouvons vivre, mes acolytes et moi, durant cette drôle d'expérience qu'est ce site, ça relève souvent de la poésie, pour ne pas de dire de la magie. Tant pis !

En tête à tête avec … Paulette Wright

Dire que la poésie nous est indispensable, ça sonne aujourd’hui comme quelque chose de suranné, c’en est presque cliché et naïvement romantique. On me taxera certainement de puérilité ou d’innocence faussée si je dis que les moments que nous pouvons vivre, mes acolytes et moi, durant cette drôle d’expérience qu’est ce site, ça relève souvent de la poésie, pour ne pas de dire de la magie. Tant pis !

© 2012 Les music'ovores. Association loi 1901. Tous droits réservés. Design SV/mogsart