KILIKILIKILIKI

 

Demain, c’est vendredi 13, et le gros lot des superstitieux chanceux, c’est pas l’Euromillions, c’est l’album des Black Bones. Très attendu, « Kili Kili » signe la solidité du groupe qui a déjà conquis son public par ses multiples apparitions scéniques.
Aussi, dans l’album, pas de surprises spéciales : les morceaux sont tous connus, forcément entendus, voire, pour les plus fidèles, déjà sus par cœur. MAIS, cela n’enlève en rien le plaisir qu’on a à les retrouver compilés.
En effet, la marque de fabrique est bien là, fidèle et réjouissante. Dix pistes, tatouées de la griffe Black Bones qu’on aime pour sa singularité. Il y a la voix d’Anthonin Ternant qui joue à chat perché, et la rythmique ondulatoire, doublée des mélodies envoûtantes. « Kili Kili » est mystique.

 

Les trolls s’insurgent des textes en anglais, mais les trolls n’ont pas vraiment compris ce qui compte dans la vie. Pour parler vrai, les textes sortent tout droit d’un épisode de sitcom des 90s, avec cet anglais truculent, familier, celui qu’on écoutait ado avec la fierté de pouvoir dire, à la fin de la chanson, « ouah, j’ai tout compris ! ». On aime aussi le steel-drum, qui revient comme un leit-motiv d’évasion, notamment dans « You’re the Tomb », les guitares saturées aux cheveux longs, comme dans Deathco, la polyphonie des chœurs qui donne l’impression qu’Anthonin se multiplie comme par magie. Mais ce qu’on aime par-dessous tout, c’est ce travail qui transpire l’amitié franche et vraie. Les Black Bones carburent aux bonnes vibes de leurs potes, hurlant leurs refrains dans le public, ou jouant à Chifoumi dans le clip de Deathco. L’album scelle et enrubanne cette ambiance joyeuse et invite, toujours plus, à venir vivre l’expérience « lumière noire » en concert.

Et ça tombe bien : grand’messe et liesse sont prévues pour le 31 octobre à la Carto. Prends ton album avec toi, fais le signer, paris sur l’avenir les yeux fermés : tu sais pas combien ça vaudra dans 10 ans.

 

Texte : Agathe Cèbe

 
© 2012 Les music'ovores. Association loi 1901. Tous droits réservés. Design SV/mogsart