11 ans ! 11 ans c'est l'âge de beaucoup de « première fois » (non, pas celle-là !!), et pour la Poule des Champs c’eût été la première fois à guichet fermé ! Le festival aubérivois, diffuseur de bonheur, a su réunir sur deux soirs quelques 6000 personnes, venus retrouver des amis, manger les pâtes bolo du père Drav’, et pour certains même, écouter de la musique.

La Poule des Champs 2016

11 ans ! 11 ans c’est l’âge de beaucoup de « première fois » (non, pas celle-là !!), et pour la Poule des Champs c’eût été la première fois à guichet fermé ! Le festival aubérivois, diffuseur de bonheur, a su réunir sur deux soirs quelques 6000 personnes, venus retrouver des amis, manger les pâtes bolo du père Drav’, et pour certains même, écouter de la musique.

Ces derniers jours – et comme chaque année, septembre oblige – tout le monde nous fait un
pataquès de la rentrée… (la fin des vacances, la reprise des cours, du travail, des discours
politiques, le réglage du réveil, etc…) et bien nous aussi ! (Il n’y a pas de raison, tiens !) C’est
la rentrée (si, si ! Pour ne pas le savoir, il aurait fallu que tu sois enfermé dans un autre espace-temps ou que tu fasses partie des 58 millions d’enfants non scolarisés dans le monde (et ça, c’est un réel problème)) et avec elle sa nouvelle saison culturelle. Mais pour amortir la
transition un peu rude du passage du farniente de l’été à la morosité de la rentrée, les cocottes de la Poule des Champs vous attendent pour une 11è édition les 9 et 10 septembre prochains.

3 bonnes raisons d’aller au festival La Poule des Champs les 9 et 10 septembre 2016 à Aubérive

Ces derniers jours – et comme chaque année, septembre oblige – tout le monde nous fait un
pataquès de la rentrée… (la fin des vacances, la reprise des cours, du travail, des discours
politiques, le réglage du réveil, etc…) et bien nous aussi ! (Il n’y a pas de raison, tiens !) C’est
la rentrée (si, si ! Pour ne pas le savoir, il aurait fallu que tu sois enfermé dans un autre espace-temps ou que tu fasses partie des 58 millions d’enfants non scolarisés dans le monde (et ça, c’est un réel problème)) et avec elle sa nouvelle saison culturelle. Mais pour amortir la
transition un peu rude du passage du farniente de l’été à la morosité de la rentrée, les cocottes de la Poule des Champs vous attendent pour une 11è édition les 9 et 10 septembre prochains.

C’est sur la note de B+ que la Cartonnerie a bouclé sa saison culturelle. Avec Boule, Barcella…la lettre ‘B’ était à l’affiche de la soirée de samedi. Le concert affichait complet depuis plusieurs mois pour le retour du fils prodigue. Barcella a clos son Puzzle Tour à Reims. Une reconnaissante façon de boucler la boucle !

Barcella a joué à domicile pour la fin de son Puzzle Tour

C’est sur la note de B+ que la Cartonnerie a bouclé sa saison culturelle. Avec Boule, Barcella…la lettre ‘B’ était à l’affiche de la soirée de samedi. Le concert affichait complet depuis plusieurs mois pour le retour du fils prodigue. Barcella a clos son Puzzle Tour à Reims. Une reconnaissante façon de boucler la boucle !

C’est par Reims qu’ils entamaient leur tournée. Le 24 mai dernier, Garbage signait son premier concert (d’une longue liste) à La Cartonnerie qui a encore frappé fort en cette fin de saison culturelle, en recevant THE groupe des années 90.

Garbage à la Cartonnerie de Reims

C’est par Reims qu’ils entamaient leur tournée. Le 24 mai dernier, Garbage signait son premier concert (d’une longue liste) à La Cartonnerie qui a encore frappé fort en cette fin de saison culturelle, en recevant THE groupe des années 90.

Le week-end dernier, Les Moissons rock 2016 on été telles que nous n’avons pas été trop de deux plumes pour vous raconter le festival, digne d’un théâtre à échelle humaine sur deux scènes et en plusieurs actes !

Juvigny, moi, son rock !

Le week-end dernier, Les Moissons rock 2016 on été telles que nous n’avons pas été trop de deux plumes pour vous raconter le festival, digne d’un théâtre à échelle humaine sur deux scènes et en plusieurs actes !

Les températures estivales et le soleil amènent doucement son lot de festivals. A commencer par celui des Moissons Rock ce week-end. Le début d’une longue série ! Deux soirées-concerts réparties sur deux scènes (la nouveauté de cette année !) sous chapiteau à proximité de la salle des fêtes de Juvigny (à 20 minutes de Châlons-en-Champagne). Soucieux de la visibilité à donner à la scène locale, le festival dédie entièrement « Le Chariot » aux groupes régionaux. Aussi les huit Rémois de La Punkaravane habiteront-ils la scène alternative le vendredi soir tandis que le trio 100% rock We are Darling prendra le relais le samedi.

3 bonnes raisons d’aller au festival Les Moissons Rock à Juvigny les 20 et 21 mai

Les températures estivales et le soleil amènent doucement son lot de festivals. A commencer par celui des Moissons Rock ce week-end. Le début d’une longue série ! Deux soirées-concerts réparties sur deux scènes (la nouveauté de cette année !) sous chapiteau à proximité de la salle des fêtes de Juvigny (à 20 minutes de Châlons-en-Champagne). Soucieux de la visibilité à donner à la scène locale, le festival dédie entièrement « Le Chariot » aux groupes régionaux. Aussi les huit Rémois de La Punkaravane habiteront-ils la scène alternative le vendredi soir tandis que le trio 100% rock We are Darling prendra le relais le samedi.

Décidément, 2016 est placée sous le signe du succès pour la Cartonnerie de Reims qui a encore fait carton plein le 29 mars dernier. Pour sa première tournée française, le trio féminin L.E.J s’est offert une salle bondée. Ce fut également un des premiers live du groupe rémois Yes ? Yes !. Le trio (une soirée de trios !) rassemble Docteur No (Nonolimite) pluri-instrumentiste, Zord, le beatboxer, et Lady Ya, la chanteuse, dans une émulsion électro, trip hop-rock très réussie. Chacun excelle dans son domaine et leur addition égale une musique fluide, pertinente et nuancée. Sur scène, le rendu est net, parfaitement maîtrisé. Zord fait de sa bouche un instrument à elle seule. En atteste son solo de beatbox à couper le souffle « moment de gloire, bonsoir ! ».  Le trio joue ses titres fraichement nés, parmi lesquels « Miraculous » et « Be bold », disponibles en écoute libre sur internet. « Un grand merci à L.E.J de faire notre deuxième partie, c’est sympa ! (rires) C’était Yes ? Yes ! », lance Docteur No assis au piano avant la dernière chanson. …Projet à ne surtout pas manquer de suivre ! (et on le fera pour vous !!)

(Yes? Yes!, L.E.J) premiers live à la Cartonnerie

Décidément, 2016 est placée sous le signe du succès pour la Cartonnerie de Reims qui a encore fait carton plein le 29 mars dernier. Pour sa première tournée française, le trio féminin L.E.J s’est offert une salle bondée. Ce fut également un des premiers live du groupe rémois Yes ? Yes !. Le trio (une soirée de trios !) rassemble Docteur No (Nonolimite) pluri-instrumentiste, Zord, le beatboxer, et Lady Ya, la chanteuse, dans une émulsion électro, trip hop-rock très réussie. Chacun excelle dans son domaine et leur addition égale une musique fluide, pertinente et nuancée. Sur scène, le rendu est net, parfaitement maîtrisé. Zord fait de sa bouche un instrument à elle seule. En atteste son solo de beatbox à couper le souffle « moment de gloire, bonsoir ! ». Le trio joue ses titres fraichement nés, parmi lesquels « Miraculous » et « Be bold », disponibles en écoute libre sur internet. « Un grand merci à L.E.J de faire notre deuxième partie, c’est sympa ! (rires) C’était Yes ? Yes ! », lance Docteur No assis au piano avant la dernière chanson. …Projet à ne surtout pas manquer de suivre ! (et on le fera pour vous !!)

Jeudi dernier la Cartonnerie a (une fois de plus !) affiché complet pour le concert de Lilly Wood & The Prick. Une prestation sous les feux, très hauts en couleurs, des projecteurs !

Lilly Wood & The Prick

Jeudi dernier la Cartonnerie a (une fois de plus !) affiché complet pour le concert de Lilly Wood & The Prick. Une prestation sous les feux, très hauts en couleurs, des projecteurs !

Ils sont de retour après dix ans d’absence !! Souvenez-vous, le groupe avait fait fureur avec son premier album éponyme en 1997. Leur musique n’entre pas dans les formats idéaux de l’époque, mais plaît ! Ils rempilent pour un deuxième album Comme on a dit, reçu plus timidement. Le succès n’est pas le même qu’au premier. Le groupe s’essouffle. Ils enregistrent pourtant un fragile troisième opus en 2005 pour finalement se mettre au vert ensuite. Ils nous ont tenus en haleine depuis, mais reviennent sur les scènes françaises à guichet fermé !

3 bonnes raisons d’aller voir Louise Attaque à la Cartonnerie le 19 mars

Ils sont de retour après dix ans d’absence !! Souvenez-vous, le groupe avait fait fureur avec son premier album éponyme en 1997. Leur musique n’entre pas dans les formats idéaux de l’époque, mais plaît ! Ils rempilent pour un deuxième album Comme on a dit, reçu plus timidement. Le succès n’est pas le même qu’au premier. Le groupe s’essouffle. Ils enregistrent pourtant un fragile troisième opus en 2005 pour finalement se mettre au vert ensuite. Ils nous ont tenus en haleine depuis, mais reviennent sur les scènes françaises à guichet fermé !

Certains diront qu'il en fait trop. "Il" c'est Arthur Teboul, charismatique chanteur et parolier du groupe Feu! Chatterton. Mais qui ne se cacherait pas derrière un personnage pour trouver le cran d'affronter les silhouettes grouillantes par milliers dans la pénombre d'une salle de concert qui vous fait face? Feu! Chatterton joue, surjoue mais jamais ne déjoue, tant tout est bien fait, et c'est bien cela qui compte à l'arrivée. Tout est sous contrôle et le show orchestré par Arthur Teboul, à qui je trouve de forts airs de Yanowski (le Cirque des mirages), aux gestes maniérés ainsi qu'aux mots millimétrés, met le public de la Cartonnerie dans sa poche de costume bien taillé, avec sa "pièce musicale" d'une beauté folle, une présence d'une élégance rare et avec toute l'énergie que l'on connaît de leur rock en français résolument moderne.

La Cartonnerie sous le contrôle de Feu! Chatterton

Certains diront qu’il en fait trop. « Il » c’est Arthur Teboul, charismatique chanteur et parolier du groupe Feu! Chatterton. Mais qui ne se cacherait pas derrière un personnage pour trouver le cran d’affronter les silhouettes grouillantes par milliers dans la pénombre d’une salle de concert qui vous fait face? Feu! Chatterton joue, surjoue mais jamais ne déjoue, tant tout est bien fait, et c’est bien cela qui compte à l’arrivée. Tout est sous contrôle et le show orchestré par Arthur Teboul, à qui je trouve de forts airs de Yanowski (le Cirque des mirages), aux gestes maniérés ainsi qu’aux mots millimétrés, met le public de la Cartonnerie dans sa poche de costume bien taillé, avec sa « pièce musicale » d’une beauté folle, une présence d’une élégance rare et avec toute l’énergie que l’on connaît de leur rock en français résolument moderne.

L’héritage Nombre de « fils et filles de » se sont cassés les dents sur le bord de la scène, tandis que d’autres ne doivent leur salut qu’à l’ombre de leur parent. Dans ce cas, Simone Ringer et Raoul Chichin sont plus que des « filles et fils de », ils sont du même sang et de la même trempe que les Ritas Mitsouko ! L’héritage de leurs aînés coule dans leurs veines et transpire dans leur musique.  Des enfants de star qu’il est bon de voir éclore et brûler les planches.

3 bonnes raisons d’aller voir MINUIT à la Cartonnerie de Reims

L’héritage Nombre de « fils et filles de » se sont cassés les dents sur le bord de la scène, tandis que d’autres ne doivent leur salut qu’à l’ombre de leur parent. Dans ce cas, Simone Ringer et Raoul Chichin sont plus que des « filles et fils de », ils sont du même sang et de la même trempe que les Ritas Mitsouko ! L’héritage de leurs aînés coule dans leurs veines et transpire dans leur musique. Des enfants de star qu’il est bon de voir éclore et brûler les planches.

En plein débat sur la réforme de l’orthographe (accent circonflexe ou pas ?), Oxmo Puccino et Kacem Wapalec, en concert le 3 mars dernier à la Cartonnerie de Reims, nous ont rappelé la beauté de la langue française aussi complexe qu’aiguisée. Ses deux savants de la syntaxe jouent avec les mots, les sonorités, leur place et leur pouvoir sur la phrase grâce à une grammaire qu’ils manient avec tact et subtilité.

Leçon de français avec le Bescherelle du rap

En plein débat sur la réforme de l’orthographe (accent circonflexe ou pas ?), Oxmo Puccino et Kacem Wapalec, en concert le 3 mars dernier à la Cartonnerie de Reims, nous ont rappelé la beauté de la langue française aussi complexe qu’aiguisée. Ses deux savants de la syntaxe jouent avec les mots, les sonorités, leur place et leur pouvoir sur la phrase grâce à une grammaire qu’ils manient avec tact et subtilité.

© 2012 Les music'ovores. Association loi 1901. Tous droits réservés. Design SV/mogsart